Hébergement

Location / sous-location

TRAJET propose plusieurs types de logement stables grâce à un maillage pluriel provenant de partenaires institutionnels, de bailleurs sociaux et par le biais de son réseau d’acteurs publics et privés.

L’INTERMÉDIATION LOCATIVE

La liaison entre l’hébergement et le logement existe notamment via la plateforme Solibail, partenaire de TRAJET. Cette dernière loue un logement stable aux personnes sortant du CHRS, aux ménages orientés par la commission de médiation Droit d’accès au logement opposable (DALO) ou par le Service intégré d’accueil et d’orientation (SIAO).

Cet accueil géré par TRAJET et ses partenaires représente un parc immobilier privé d’une centaine de logements, sur le territoire de Nantes métropole. Si vous êtes propriétaire d’un appartement et que vous souhaitez le louer à une personne en quête de stabilité, cliquez ici pour en savoir davantage sur les garanties apportées par le dispositif.

“Cette sous-location à bail distant implique à la fois gestion locative et accompagnement social autour d’une convention tripartite, signée entre le bailleur social, TRAJET et le locataire.. Le locataire ne peut pas refuser ce socle et doit répondre à certains critères financiers, comme le plafond de revenu du Fonds de revenu de solidarité”, souligne Cécile Naulleau, intervenante sociale chez TRAJET.

LE LOGEMENT TEMPORAIRE ET D’INSERTION

Orientées par les mairies et les travailleurs sociaux de secteur, les personnes brutalement confrontées à une absence de logement et en situation précaire, sont accompagnées par un travailleur social, pour leur permettre de trouver un logement adapté.
L’accompagnement assuré par TRAJET vise à stabiliser les personnes par l’habitat et les préparer à assumer leur futur statut de locataire à Rezé, dans le Pays-de-Retz et à Treillières.

La sous-location à bail distant dans des logements sociaux. Le principe ? L’association s’engage sur le logement autour d’une convention tripartite, signée entre le bailleur social, TRAJET et le locataire. Ce dernier nous verse le loyer et en cas de difficulté de paiement, nous nous engageons à payer au bailleur. Cela rassure tout le monde. Cette sous-location à bail distant implique à la fois gestion locative et accompagnement social sont liés. Le locataire ne peut pas refuser ce socle et doit répondre à certains critères financiers, comme le plafond de revenu du Fonds de revenu de solidarité.

LES MAISONS-RELAIS

Ce dispositif s’adresse à des femmes et hommes en grande difficulté par leur situation d’isolement ou d’exclusion. TRAJET les accueille, les héberge et les accompagne socialement. La Maison-Relais se compose d’une résidence de dix studios située à Treillières. Pour pallier l’augmentation des besoins de ce type d’hébergement, la construction d’une seconde Maison-Relais est sortie de terre à Rezé permettant l’accueil de 18 personnes dans des studios.

LES LOGEMENTS POUR LES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCE

Pour répondre à une urgence criante, TRAJET s’est orienté vers des logements spécifiquement dédiés aux femmes victimes de violence. Il y a énormément de demandes et il est difficile de pouvoir répondre à toutes… Des réponses arrivent, comme le projet de signature d’un protocole avec Pornic Agglo en novembre 2020 pour la mise en place de deux logements d’extrême urgence.

TRAJET a répondu à un appel à projets de l’État au premier semestre 2020. L’ébauche d’un protocole vise deux logements à Nantes Métropole et trois sur le Pays-de-Retz. Communauté de communes et mairies ont écrit des lettres d’appui pour cet appel à projets. Ronan Dantec, directeur adjoint au sein du Pôle logement de TRAJET, est en lien avec des bailleurs sociaux pour accélérer le processus. Tout doit être pensé, car il faut garder en tête des mesures de sécurité (pas de rez-de-chaussée, nécessité d’un interphone, etc.) afin de protéger la victime de son agresseur.

“Nous, ce que l’on souhaite, c’est d’avoir tous nos logements HLM au 1er septembre 2020 car il y a une réelle urgence. La dynamique collective est enclenchée car on travaille sur un logement mairie en attendant un logement HLM, par exemple à Machecoul”, s’enthousiasme Cécile Naulleau, intervenante sociale chez TRAJET (retrouvez ses missions ici).

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer